contact interpersonnel Vous les enviez, n’est-ce pas ?

Un regard, un mot, un geste semblent leur suffire pour multiplier les rencontres, tisser des relations interpersonnelles fortes et susciter l’adhésion de leur entourage personnel et professionnel.

Ces personnes capables de telles « prouesses sociales », avec une telle aisance relationnelle, une telle empathie, au fond de vous, vous les jalousez. Elles hantent votre esprit. Vous les voyez partout : sur votre lieu de travail, dans votre cercle familial et dans les médias.

Inéluctablement, vous vous posez ces 2 éternelles questions :

  • pourquoi eux ?
  • qu’ont-ils de plus que moi ?

Leur réussite vous fait même mal.

Vous, c’est tout le contraire.

Et oui, vous, vous vivez une situation complètement opposée. Âgé entre 25 et 45 ans, vous attachez une énorme importance aux interactions interpersonnelles, à votre vie sociale. Vous sortez, vous rencontrez votre famille et vous êtes engagé socialement en tant que membre d’une association.

Ce poste dans la société est indispensable à votre équilibre, à votre santé. Vous le savez.

Mais, en même temps…

Ces relations interpersonnelles vous frustrent. En famille, entre amis ou au travail, vous vous sentez terriblement passif, vous subissez les différentes situations.

Vous ne cessez de répondre aux désirs des autres, mais vous ne recevez rien en retour, vous n’avez pas de leadership. Votre bien-être, «  tout le monde s’en fout. » On ne vous estime pas à votre juste valeur.

Vous le savez, et pourtant, vous n’arrivez pas à dire  » NON.  » Vous êtes le  » OUI, OUI  » toujours prêt à rendre service. Votre gentillesse est exploitée par les autres.

Résigné à ne pas trouver votre place dans la société

Un cercle infernal quotidien s’installe et vous ne parvenez pas à vous en sortir. Vous sentez que cela ne peut pas continuer, vous devez changer votre comportement et pourtant votre timidité vous installe dans l’inaction.

Comment faire ?

Comment faire pour créer un lien émotionnel agréable avec les autres personnes et devenir la personne que l’on aime rencontrer, que l’on trouve sympathique, avec qui l’on aime travailler.

Avant de devenir « ce leader » (et oui cela s’apprend), vous devez faire un état des lieux de la situation, modifier votre comportement, avoir plus d’empathie, plus d’émotions.

Avec un diagnostic clair de votre positionnement familial, amical et professionnel, vous aurez toutes les armes en main pour activer les bons leviers d’actions.

Je sais ce que vous ressentez : il va falloir encore attendre. Je n’en peux plus de subir.

Croyez-moi, en prenant du recul sur votre situation personnelle, en identifiant précisément les problèmes, vous pourrez passer à un chapitre plus joyeux de votre vie, et ce plus rapidement.

Procéder autrement, c’est risquer de tourner en rond.

Des relations familiales compliquées.

L’incompréhension règne.

Vous vous sentez incompris ? Vous avez des projets, des ambitions, mais aucun de vos proches ne semble vous soutenir ?

La communication, c’est l’élément clé pour entretenir de bonnes relations familiales. Manquante ou mauvaise, elle est génératrice de conflits. Les seuls liens familiaux sont insuffisants pour éviter un climat de méfiance.

Personne n’ose s’exprimer franchement et le moindre accrochage déclenche irrémédiablement un conflit.

Ces conflits sont désagréables. Vous souhaitez les éviter, quel qu’en soit le prix.

Bien sûr, vous désirez faire valoir votre point de vue, convaincre votre entourage sur des sujets importants (argent, éducation…) qui touchent votre foyer.

Mais vous vous abstenez délibérément… Par peur de mal faire, par peur de mal cerner les attentes de vos interlocuteurs. Votre confiance, votre estime sont en chute libre.

Si seulement, je pouvais mieux comprendre ma belle-mère…

Un cercle vicieux s’installe.

Votre entourage, lui, ne comprend pas votre style de communication. Votre place doit être au cœur des débats, mais votre timidité, votre peur de l’échec vous cantonnent à une attitude passive, vous empêchent de montrer vos émotions.

Vous vous résignez à servir au mieux les intérêts d’autrui en ignorant volontairement vos propres intérêts et votre satisfaction personnelle. Vous donnez, sans rien recevoir.

Au fil du temps, votre entourage s’y habitue.

Résultat : un sentiment de frustration grandit. Ces insécurités, ces blocages se transforment en colère intérieure. Une vraie « cocotte minute » sous pression prête à éclater.

Vous avez besoin de relâcher la pression. De temps en temps, vous tentez d’exprimer une opinion, de défendre vos intérêts. Mais comme vous avez délibérément choisi d’éviter tous conflits, votre entourage s’est forgé une opinion sur vous.

Vos proches se sont habitués à votre passivité. Vous, par manque d’habitude, vous formulez mal vos demandes. Finalement, d’une personne timide, vous passez pour une personne agressive centrée sur elle-même.

Mauvaise communication, les conflits réapparaissent. Difficile de trouver le juste équilibre, difficile de s’affirmer et de devenir LA personne de confiance au sein de votre famille.

Si les conflits cessent, les problèmes, eux, s’accumulent. À peine un solutionné, un autre surgit.

Et ce, parce que vous ne possédez pas le bon « mode d’emploi«  d’une communication interpersonnelle qui satisfasse les intérêts de chacun, qui préserve l’équilibre du groupe.

Un sentiment d’indifférence dans les relations amicales.

La solitude malgré vos efforts.

Avoir des amis, c’est important pour la santé mentale.

Vous en avez conscience et vous sortez de temps en temps. Vous rencontrez des personnes avec lesquelles vous pensez avoir un bon feeling.

Et puis petit à petit, porté par le train-train quotidien, le «  métro-boulot-dodo  », par des projets et des ambitions personnels, les rendez-vous et les sorties se font de plus en plus rares.

Au début, vous trouvez cela normal. Et puis, heureusement, il y a les réseaux sociaux. Grâce à eux, à défaut de rencontres physiques, vous conservez un lien. Vous échangez régulièrement des messages pour vous tenir au courant.

Bref, vous avez du mal à faire votre place dans la société

Les messages se transforment, au fur et à mesure, en «  likes.  » Vous sentez que vos « amis » se forcent à interagir avec vos posts. Ce sont des «  likes  » de «  bonne conscience  ». Juste pour vous dire qu’ils ne vous oublient pas.

Mais rien à faire, vous avez compris la situation. On vous a complètement oublié. Vous vivez dans l’indifférence la plus totale.

Vous cherchez à comprendre la cause d’une telle attitude. Pourtant, vous estimez être une personne sympathique. Vous vous posez alors la question :

 » Pourquoi ne m’ont-ils pas rappelé ?  »

Réinventez vos communications interpersonnelles Par moments, vous vous dites que, comme vous, ils ont des nombreuses priorités à gérer, mais qu’ils vont refaire surface.

Mais le temps passe, vos amis se comptent sur les doigts d’une main. Votre liste d’amis sur vos réseaux sociaux est bel et bien virtuelle. Il serait plus juste de parler d’une liste de contacts.

La solitude s’installe, vous ne partagez rien, vous n’avez ni confidents ni amis de confiance. Le stress s’installe.

Un déconnecté 3.0.

Ce peu de relations représente un poids mental. Vous vous sentez un « loser », vous ressentez une certaine honte. Ce qui nuit à votre développement personnel.

Et oui !

De nos jours, à l’ère des « followers », le nombre d’amis sur les réseaux sociaux peut vite apparaître comme un baromètre de votre intégration sociale.

Dans un monde ultraconnecté, vous vous sentez complètement déconnecté.

Votre timidité, la peur de nouvelles relations « sans lendemain » vous empêchent de vous ouvrir aux autres, de laisser aller vos émotions.

Vous vous êtes habitué à cette forme d’isolement. Au fil du temps, vous vous persuadez que vous êtes mieux seul et que vous n’avez pas besoin des autres.

Au final, vos parents vous suffisent.

Cette crainte de la « maladresse sociale, » cette peur de ne rien avoir à raconter d’intéressant vous incite à rester dans l’inaction.

Comme pour les relations familiales, un cercle vicieux s’installe. Vous transpirez la résignation et la tristesse. Vous devenez répulsif.

Compliqué de faire des rencontres dans ces conditions.

Une frustration professionnelle.

Une situation inconfortable.

La communication et les échanges interpersonnels sont décisifs dans votre travail. Celui-ci vous tient à cœur, mais vous êtes insatisfait du déroulement de vos journées.

À nouveau, un sentiment de frustration s’installe. Votre motivation et votre engagement personnel déclinent.

Pourquoi ?

Vous évoluez au sein de votre équipe dans une complète indifférence. Votre point de vue, tout le monde l’ignore. Bref, vous parlez dans le vide, sans convaincre et persuader vos collègues, vos équipes.

Aucun leadership.

Vous vous sentez dominé par les autres, et par les situations. Vous n’avez jamais la bonne information au bon moment. Toujours un train de retard.

Vous vous démenez, et faites le maximum pour répondre à toutes les attentes. Mais chacune de vos actions est jugée négativement malgré vos compétences. Vous vous sentez isolé, les autres apparaissent comme des adversaires.

Ce manque de leadership est usant.

C’est pas vrai, comment font-ils ?

Vous n’êtes pas le leader que vous aspirez à être. Celui qui crée la confiance, qu’on écoute, qu’on suit les yeux fermés et qui fait grandir ces coéquipiers.

Certains de vos collègues, on les écoute religieusement dès qu’ils ouvrent la bouche. Ils imposent leurs points de vue, leurs idées « sans forcer »

contact interpersonnel Mais si, vous savez… Ces managers ou ces collègues à qui rien ne peut arriver, à qui la chance ne fait que sourire.

Toujours à jour dans leurs dossiers, ils maîtrisent le temps à la perfection. Vous courez, eux, ils marchent, mais semblent avancer à la vitesse d’un avion de chasse.

Ils obtiennent un engagement total et fidélisent leur équipe. Tout le monde est productif et heureux malgré des charges de travail importantes.

Jamais un absent, jamais un conflit à gérer. Le rêve !
Vous, c’est plutôt une « journée en enfer. » Tous les jours, des problèmes apparaissent.

Résigné à ne pas trouver votre place dans la société, vous vous cantonnez à être un exécutant, vous ne prenez plus aucune initiative.

C’est la seule option qui vous reste pour éviter la défiance, les critiques et les problèmes.

Vous avez un poste à responsabilités, mais ce badge est vide de sens. Vous préférez les fuir.

Les autres ne comprennent plus votre présence, vous apparaissez comme une personne inutile.

Une situation terrible à vivre. 6 jours sur 7, pendant 8 heures, voire plus.

Que faire ?

Ces situations, vous les vivez quotidiennement depuis de nombreuses années ?

Par manque de confiance, vous préférez l’isolement, l’absence d’initiative et la non-prise de responsabilité.

Bref, vous avez du mal à faire votre place dans la société.

Ne vous résignez pas. J’ai (enfin) une bonne nouvelle. Cette frustration n’est ni une obligation ni une fatalité.

Ceux qui réussissent, vos modèles, ne sont pas nés avec le don de la persuasion et de l’attractivité. Pour la plupart, ils ont dû travailler pour développer leurs capacités à convaincre, pour développer leurs aptitudes à inspirer la sympathie, leur leadership.

Des solutions simples existent. Imaginez si vous pouviez booster votre développement émotionnel, votre relation avec votre entourage, votre estime de vous serait au beau fixe.


error: Content is protected !!